30/01/2014

Le combat des riverains 
des Hauts-Sarts continue

HS.jpgIl y a 10.000 hectares de friches industrielles en Wallonie, dont 1.775 rien que dans le bassin liégeois. Ces chiffres datent de 2008, avant la crise de la sidérurgie. Chertal, avec ses 271 hectares, n’est pas repris dans ces chiffres. Rien que sur les Hauts-Sarts, 60 hectares sont vides, à vendre, ou à louer...


Tels sont les chiffres avancés par le Comité des Riverains des Hauts-Sarts, opposé à l’extension du zoning. Un comité qui calcule aussi qu’au rythme actuel des réhabilitations, il faudra plus de cent ans pour voir la disparition totale de ces friches industrielles.


«Malgré cela, nos responsables politiques persistent encore à vouloir saccager 60 hectares des meilleures terres agricoles d’Europe sur le territoire d’Oupeye», écrit le Comité. «La vérité c’est que les terrains de la SPI ne se vendent plus, nous demandons un moratoire sur la Zone 4, en attendant le devenir de Chertal. Ce sont 271 hectares idéalement situés, avec un accès direct à l’autoroute, à la voie ferrée, à la voie navigable.» 


Le samedi 25 janvier, ces riveriains ont profité de la visite à Milmort du Ministre Jean-Claude Marcourt et du député-bourgmestre Frédéric Daerden pour leur remettre, en mains propres, une demande de rendez-vous. 


«Nous leur avons offert une corbeille de fruits et légumes, symbolisant ainsi la probable dernière récolte sur les terres agricoles de la Zone 4».


Cette prise de contact s’est déroulée dans une ambiance pacifique et conviviale, avec la présence silencieuse d’une vingtaine de tracteurs.


Les commentaires sont fermés.