22/11/2015

Journée de l'Arbre à Herstal

arbre herstal.jpgA l'initiative du Député-Bourgmestre, Frédéric Daerden et de l'Echevin du Cadre de Vie, Thierry Willems. En collaboration avec le Cercle Royale Horticole de Herstal.

Nous vous invitons à venir nous rejoindre le samedi 28 novembre, de 9h30 à 15h, au service communal des Plantations, rue de Milmort 190 à Herstal.

La Ville de Herstal s’est toujours investie avec beaucoup d’enthousiasme dans la désormais traditionnelle journée de l’Arbre, que nous organisons chaque année.

Cette journée est principalement axée autour d’une grande distribution gratuite de plants d’arbres et d’arbustes (amélanchiers, aubépines, cornouillers, pruneliers, sorbiers, viornes,...) et de petits fruitiers (groseilliers, cassis, framboisiers). Ces plants sont mis à la disposition de la population qui peut ainsi, sans frais, contribuer à l’embellissement et la verdurisation de notre Ville.

Des informations sur les arbres et des conseils pour les plantations et l’entretien de ceux-ci vous sont également offerts à cette occasion. Vous pourrez, en plus, visiter le stand du service communal de l’Environnement pour obtenir des réponses à toutes vos questions liées à l’environnement.

Chaque année, le Service public de Wallonie (SPW) choisit un arbre qui est mis à l’honneur et cette année, ce sera le charme. Cela tombe bien : du charme..!
Herstal n’en manque pas !

19/11/2015

Le Hall omnisports Michel Daerden est né !

inauguration-hall-daerden.jpgPrès de 250 personnes ont assisté, vendredi dernier, à l’inauguration officielle du tout nouveau hall omnisports « Michel Daerden » à Herstal. Frédéric Daerden, Député-Bourgmestre, et le Premier Echevin Franco Ianieri ont, en présence du député fédéral Michel De Lamotte qui représentait le Ministre des Sports René Colin, dévoilé la traditionnelle plaque inaugurale avant une série de démonstrations sportives de fort belle tenue.

L’apparition surprise d’Albert Cougnet, en imitation très réussie de feu Michel Daerden, fut un beau moment pour tout le monde, entre rire et émotion. Le nouveau hall, qui a coûté 4 millions d’euros largement subsidiés par la Wallonie, devrait accueillir chaque année plus de 100.000 sportifs pratiquant 11 sports différents. Il complètera ainsi de fort belle façon une offre sportive décidément très complète à Herstal, où on a construit un autre hall omnisports, celui de La Préalle, il y a quelques années à peine et qui dispose d’une piscine totalement rénovée.

15/04/2015

Voilà la vraie raison pour laquelle les P.-V. de stationnement pleuvent à Herstal...

Besix.jpgLe système de parking payant géré par la société Besix Park ne fait pas que des heureux. Les redevances pleuvent et nombre d’automobilistes s’en plaignent chaque jour. Mais le système mécontente aussi des agents. L’un d’eux, qui a claqué la porte de la société, nous livre son témoignage étonnant : Besix exigerait un quota de 4,5 P.-V. par heure et par agent à Herstal...

L’ex-agent en a visiblement gros sur la patate. Il réagit après avoir découvert, dans notre édition Basse-Meuse de ce mardi, le témoignage d’un Herstalien de 69 ans : Thomas Tuscia a reçu une prune de 25 euros, alors qu’il n’est resté que 11 minutes à son emplacement (premier 1/4h gratuit) et qu’il avait mis son disque de stationnement… Sur ces 25 euros, 6 % seraient reversés à la Ville de Herstal.

L’ancien agent de Besix préfère garder l’anonymat, mais il tient à témoigner tant, dit-il, les conditions de travail lui étaient pénibles au sein de la société. Ce système de parking payant est particulièrement impopulaire, «  mais si je témoigne, c’est parce que j’aimerais bien que les gens comprennent que les agents ne font que leur boulot. Et ils le font en ayant une pression de malade, tous les jours et par tous les temps  ».

Une pression de malade ? Comment cela se traduit-il dans les faits ?

«  De manière très simple : notre chef d’équipe nous impose des quotas au niveau des redevances de stationnement. À Herstal, ce quota est de 4,5 redevances par heure par agent. Le chef parle de moyennes, mais il s’agit bien de quotas. J’estime en ce qui me concerne, et d’autres agents le pensent aussi, que quand il y a matière à mettre une redevance, on la met. Mais quand il n’y a pas, il n’y a pas  ».

Et quand il n’y a pas ?

«  On se fait engueuler comme du poisson pourri. C’est ça que je n’ai plus pu supporter : cette pression permanente. Je lui ai dit, au chef d’équipe, que les agents, il fallait les motiver. Mais pour lui, ce n’est que la pression qui fonctionne. Il me l’a dit en face. C’est pour cela que je suis parti  ».

Plus d’informations à ce sujet dans La Meuse édition Liège de ce mercredi matin, ainsi que dans nos éditions numériques, sur http://num.sudinfo.be