12/09/2014

Des riverains contre l’extension du zoning des Hauts-Sarts soutenus par Carrefour

HS S Car.jpg

Le Comité des riverains des Hauts-Sarts poursuit sa mobilisation contre la réalisation de l’aménagement de la zone 4 et de l’échangeur autoroutier dans les campagnes. Il s’oppose donc à l’extension du zoning actuel qui, de son point de vue "’mangerait’ plus de 60 hectares des meilleures terres agricoles liégeoises.

Il y a 15 jours, le Comité a organisé, sur les terrains prévus pour l’extension, une fête champêtre de protestation. Celle-ci a réuni environ 600 participants, malgré la météo mitigée. On pouvait y déguster gratuitement les produits du terroir, en présence des agriculteurs agriculteurs locaux et avec le soutien de supermarchés locaux comme Carrefour (présent sur place ce jour-là).

« Tant que les friches industrielles des Hauts-Sart et tant que les zoning de Bierset et du Trilogiport n’arrivent pas à saturation, nous exigeons un moratoire : que la SPI, alors que tout le monde vante les circuits agricoles courts, ne touche pas aux 60 hectares de bonnes terres agricoles afin de permettre aux agriculteurs locaux de pouvoir continuer à exercer leur métier et maintenir les emplois locaux directs et indirects liés à l’agriculture », ont martelé les adhérents au comité.

« Par ailleurs, les Sites d’activités économiques désaffectés sont toujours légion dans notre région. Aux pouvoirs publics de veiller à les éradiquer avant de vouloir toujours étendre les zonings au détriment de l’agriculture. »

27/07/2014

Manifestation du Comité de riverains des HautsSarts à Libramont

libramont.png

Le comité de riverains des Hauts-Sarts s'est rendu à la foire de Libramont ce vendredi. Il y a distribué des tracts. Il dénonce le gaspillage" de terres agricoles en Wallonie au profit de la création de zonings industriels. Il s'oppose à l'extension du zoning des Hauts-Sarts tant que des zones en friche et des zonings industriels ne sont pas à 100% occupés. Il rappelle que 50 hectares de terres cultivées correspondent à l'alimentation de base pour environ 3.500 personnes.

Pour l'occasion, il s'était associé à des comités comparables actifs dans d'autres provinces mais concernés par le même type de problématique.