13/07/2013

Amputé à cause d'un avaloir cassé à Herstal

ampute.jpgEn mars 1994, Daniel Renant chute accidentellement sur une bouche d’avaloir cassée à Herstal. Ce qu’il pense être un banal accident se transforme rapidement en un parcours du combattant puisque 19 ans plus tard, la jambe sectionnée, il se bat toujours contre la partie adverse pour être indemnisé.

C’était en mars 1994. Alors qu’il se rend chez son oncle dans la rue Thiers des Monts à Herstal, Daniel Renant chute accidentellement sur une bouche d’avaloir cassée. «  Il faisait sombre et l’éclairage public n’était pas bon  », raconte-t-il. «  J’ai eu l’impression que le sol se dérobait sous ma jambe. J’ai eu le réflexe de relever ma jambe, mais j’ai accroché les morceaux de fonte cassés  ».

Sur le moment, l’homme pense qu’il souffre simplement d’une fracture et qu’il s’en sortira avec une jambe dans le plâtre pendant quelques semaines. Il est encore loin de se douter que cet accident le privera d’une jambe et le clouera dans un fauteuil pour le reste de ses jours. «  En fait, je souffrais d’une triple fracture ouverte de la malléole droite. J’ai dû rester un mois à l’hôpital. Directement, mon avocat a senti l’oignon, il a fait les démarches avec mon assurance à ma place  ».

Et l’homme de loi avait vu juste. Car l’état de la jambe de son client n’a fait qu’empirer. Au point qu’en 2003, les médecins n’ont eu d’autre choix que de l’amputer.

Retrouvez son témoignage complet dans La Meuse de ce samedi

Les commentaires sont fermés.