14/07/2013

L’Echevin des Seniors de Herstal, Christian Laverdeur, a fêté ce 3 juillet, les 100 ans de Maria Bourdoux

centenaire darchis.jpgC’est à Wandre, le 3 juillet 1913, que Madame Bourdoux pousse son premier cri.


Fille de héros de guerre, elle a à peine 5 ans lorsque son père, mobilisé durant la Grande guerre, succombe à ses blessures.


Durant la seconde guerre mondiale, elle se dévoue avec courage à soigner les blessés. Au cours de sa vie, elle a toujours fait preuve d’un grand altruisme et a prodigué des soins à de grands malades au sein de l’hôpital de Bavière.


Elle s’est également produite au sein d’une troupe théâtrale locale dont les bénéfices étaient entièrement destinés aux orphelins de guerre.


Avec son cher époux, Monsieur Bihiet, elle a construit un chaleureux foyer. Elle aimait s’adonner au jardinage et cultivait de délicieuses asperges!


Depuis plus de 20 ans, Maria Bourdoux coule des jours paisibles au Domaine Darchis, rythmés par les visites de son jeune frère.


Félicitations et heureux anniversaire!


Le PTB Herstal lance la campagne « J’aime Herstal, Parking gratuit ! »

logo parking gratuit.jpgLa section du PTB de Herstal a lancé la campagne « J’aime Herstal, parking gratuit ! » lors d’une conférence de presse qui s’est tenue dans leurs locaux de l’Avenue F. Ferrer mardi le 8 juillet 2013. Cette campagne est une réponse à la décision de la majorité PS-EPH d’instaurer un système de parking payant en voirie et en parcs de stationnement sur le territoire de la ville de Herstal via un partenariat public-privé signé avec la société Besix Park.

Maxime Liradelfo, conseiller communal PTB+ : « Nous avons décidé de lancer cette campagne avec une affiche, « J’aime Herstal, Parking Gratuit ! » et ce message est simple : Nous voulons préserver la gratuité du parking à Herstal. Beaucoup de citoyens ne cessent de nous interpeller à ce sujet, ils sont révoltés, et ils ont raison de l’être ! Ce sont une fois de plus les citoyens, les riverains et les commerçants qui vont payer la note (plus d’un million d’euros par an). D’ailleurs, Besix Park empochera 97% des bénéfices liés au parking, tandis que la ville ne retirera que les 3% restant, et tout cela dans un contrat signé sur…40 ans ! Nous ne pouvons pas accepter que la ville offre notre espace public sur un plateau d’argent à une entreprise privée pour en faire du profit.  ».

Pour agrémenter cette campagne, le PTB a lancé une pétition. Sur celle-ci, il entend d’abord rejeter le contrat signé avec Besix Park mais souhaite également apporter d’autres revendications. Maxime Liradelfo : « Nous voulons évidemment exiger le maintien du parking gratuit à Herstal mais nous demandons aussi la création d’emplacements gratuits réservés aux riverains, aux personnes à mobilité réduite ainsi que la création de parkings de délestage gratuits. Ce n’est pas acceptable que les citoyens paient une taxe supplémentaire pour se garer devant chez eux. La ville a supprimé les antennes administratives, et il n’y a plus de bureaux de poste ou de banque dans les quartiers, les gens seront alors obligés de venir au centre où ils devront maintenant payer le parking.! »

Mais le PTB ne se lance pas seul dans cette campagne. Maxime Liradelfo : « Un premier conférenc...jpgcommerçant, Roberto Cirino a tenu à collaborer à cette campagne, le commerce local a déjà bien souffert des travaux, un parking payant va chasser les gens vers les grandes surfaces et cela créera un nouveau désert économique pour Herstal, et ça les commerçants s’en rendent bien compte. »

Pour le PTB, le parking à Herstal reste indéniablement un problème important. Selon Johan Vandepaer, conseiller communal, le parking payant ne résoudra pas les problèmes de mobilité et de stationnement: « La ville compte 9000 étudiants sur son territoire à quoi il faut ajouter les professeurs et les parents d’élèves…sans compter la disparition d’emplacements de parkings due aux rénovations du centre. Mais le parking payant dans le centre et dans presque tout le bas d’Herstal (de Coronmeuse à la rue Clawenne) ne va certainement pas résoudre les problèmes de mobilité de la ville, ni le problème global de stationnement ».

Pour conclure, le jeune conseiller a tenu à dénoncer les partenariats public-privé : « Une fois de plus, nous constatons que Monsieur Daerden opte pour une solution de partenariat public-privé, qui est une véritable forme de privatisation de l’espace public, une politique menée par un socialiste qui applique les recettes libérales! L’espace public appartient aux citoyens et doit rester public! »

13/07/2013

Amputé à cause d'un avaloir cassé à Herstal

ampute.jpgEn mars 1994, Daniel Renant chute accidentellement sur une bouche d’avaloir cassée à Herstal. Ce qu’il pense être un banal accident se transforme rapidement en un parcours du combattant puisque 19 ans plus tard, la jambe sectionnée, il se bat toujours contre la partie adverse pour être indemnisé.

C’était en mars 1994. Alors qu’il se rend chez son oncle dans la rue Thiers des Monts à Herstal, Daniel Renant chute accidentellement sur une bouche d’avaloir cassée. «  Il faisait sombre et l’éclairage public n’était pas bon  », raconte-t-il. «  J’ai eu l’impression que le sol se dérobait sous ma jambe. J’ai eu le réflexe de relever ma jambe, mais j’ai accroché les morceaux de fonte cassés  ».

Sur le moment, l’homme pense qu’il souffre simplement d’une fracture et qu’il s’en sortira avec une jambe dans le plâtre pendant quelques semaines. Il est encore loin de se douter que cet accident le privera d’une jambe et le clouera dans un fauteuil pour le reste de ses jours. «  En fait, je souffrais d’une triple fracture ouverte de la malléole droite. J’ai dû rester un mois à l’hôpital. Directement, mon avocat a senti l’oignon, il a fait les démarches avec mon assurance à ma place  ».

Et l’homme de loi avait vu juste. Car l’état de la jambe de son client n’a fait qu’empirer. Au point qu’en 2003, les médecins n’ont eu d’autre choix que de l’amputer.

Retrouvez son témoignage complet dans La Meuse de ce samedi