27/09/2013

3ème randonnée gourmande à Herstal

randonnée gourmande.jpgA l’initiative de son Eurodéputé-Bourgmestre Frédéric Daerden et de son Premier Echevin, en charge des Sports, Franco Ianieri, la Ville de Herstal organise sa 3e Randonnée gourmande le dimanche 6 octobre dès 8h30. Organisée avec le concours du Chapp (le Centre herstalien d’activités pour pensionnés et prépensionnés, en charge du tracé), cette marche de 12 kilomètres sur les sentiers de Herstal propose, à chaque kilomètre, des dégustations de produits et de boissons de notre terroir.                       

  • Inscriptions préalables et obligatoires au service communal des Sports • Large Voie 74 • 4040 Herstal.
  • Paiement à l’inscription : 15 € (gratuit pour les moins de 12 ans).
  • Places limitées.
  • Départ : entre 8h30 et 9h30 sur le parking du hall omnisports “La Préalle”• rue Emile Muraille 158 • 4040 Herstal
  • Arrivée : vers 17h au hall omnisports “La Préalle”
  • Infos : 0478 98 14 86 (Georges Basile) ou 04 240 66 06 (service des Sports)
    Venez nombreux à la découverte de Herstal et de ses produits locaux !

26/09/2013

Un nouveau système est mis en place pour le rechargement des compteurs à budget

Tecteo, Resa, Stéphane Moreau, compteurs, budget, GRD, ORES, Resa Electricité, Resa Gaz À compter du 1er octobre, les rechargements des compteurs à budget ne pourront plus s’opérer via les cabines téléphoniques de Belgacom. De nouvelles bornes de rechargement sont désormais disponibles dans les bureaux d’accueil des gestionnaires de réseaux de distribution, dans certains CPAS et chez de nombreux commerçants.

Les gestionnaires de réseaux de distribution (GRD) wallons sont soumis à des obligations de service public qui prévoient notamment le placement d’un compteur à budget chez les personnes en difficulté de paiement. Un compteur à budget fonctionne comme un compteur classique mais dispose d’une fonction de « prépaiement » activée via une carte à puce rechargeable. En Wallonie, on dénombre aujourd’hui environ 90.000 clients utilisant un compteur à budget électricité ou gaz tous GRD confondus.

Il est du ressort des GRD de mettre à la disposition des clients concernés un système de rechargement pour leur compteur. Le régulateur prévoit l’obligation d’avoir au minimum un point de rechargement par commune, accessible pendant les heures ouvrables. Jusqu’à présent, les clients disposant d’un compteur à budget pouvaient recharger leur carte dans les bureaux d’accueil des gestionnaires de réseaux, dans certains CPAS et dans les cabines téléphoniques publiques.

Dans le contexte du démantèlement progressif de ces cabines, de la disparition annoncée du système de paiement Proton et suite à l’abandon de l’application de rechargement par Belgacom. les clients ne pourront plus recharger leur carte dans les cabines Belgacom à partir du 1er octobre prochain. D’un commun accord, l’ensemble des GRD wallons (ORES, TECTEO Résa Electricité, TECTEO Résa Gaz, Régie de Wavre, AIESH, AIEG et PBE) ont travaillé avec un prestataire de service externe afin de mettre sur pied une nouvelle solution permettant de recharger les compteurs via des terminaux bancaires.

Depuis mars 2013, cette solution a progressivement été mise en place dans de nombreux CPAS et chez des commerçants. Actuellement, près de 200 CPAS et 650 commerçants répartis sur tout le territoire wallon participent au programme. Ils sont identifiables grâce au pictogramme ci-contre, affiché notamment en vitrine et sur le terminal de paiement. Leur nombre devrait encore augmenter dans les semaines à venir pour atteindre 800 commerces de proximité proposant ce service, gratuit pour les clients.

Une campagne de communication préalable a été organisée afin d‘informer tous les clients concernés par ce changement. Une brochure explicative a été mise à leur disposition et est disponible dans tous les bureaux d’accueil des GRD. Les clients désireux d’obtenir plus d’information sur les nouveaux lieux de rechargement proches de chez eux peuvent pour cela contacter les GRD ou tout simplement visiter leur site web respectif.

24/09/2013

La Ville veut racheter les installations du Smash 51 et du TC Herstal

smash.jpgLa Ville de Herstal vient de marquer sa volonté claire et nette de racheter le Smash 51. Elle pourrait également acquérir les installations du TC Herstal et ainsi sauver le second club de l'entité, lui aussi en difficulté. Mais tout cela dépendra des subsides wallons...

 

A la fin du mois de juillet, les 450 affiliés du Smash 51 apprenaient avec surprise la fermeture prochaine de leur club de tennis. Un club qui serait alors racheté par des investisseurs français qui transformeraient les installations en terrains de mini-foot.

 

Mais c'était sans compter sur la Ville de Herstal et son opposition à ce projet. Le 9 septembre dernier, nous vous annoncions ainsi que des négociations étaient en cours entre la Ville et les époux Tilkin, propriétaires du Smash 51, afin d'éviter la vente du site aux Français. Et alors que, depuis, on préférait rester flou sur le sujet, les choses viennent de prendre un coup d'accélérateur important. La Ville se porte officiellement acquéreur. « Compte tenu de l'importance du tennis à Herstal et de notre volonté de soutenir ce sport, le collège communal de ce lundi a chargé Urbeo (la régie communale autonome immobilière, NDLR) de lancer les démarches d'acquisition du Smash 51 et du TC Herstal », annonce Frédéric Daerden, bourgmestre. « Pour la fin de cette année, le comité d'acquisition devrait nous donner son estimation. Mais bien sûr, tout ça ne saura se faire que si nous recevons des subsides de la Région wallonne. L'idée est que ces deux clubs deviennent propriété communale, que la Ville ait donc la maîtrise du foncier, et Tennis club Herstal.jpgque ça soit deux ASBL qui se charge de la dynamique et de la gestion du club, comme cela se fait beaucoup ailleurs. Nous voulons aussi qu'entre les deux clubs, il y ait des synergies qui se créent ». Au delà du Smash 51, c'est donc un second club qui devrait rentrer dans le giron communal et qui serait ainsi sauver.

 

Car le TC Herstal ne va pas bien non plus financièrement. « Ce n'est pas faux de dire que le club ne se porte pas bien », confirme David Vroomen, secrétaire du TC Herstal. « On a principalement des difficultés financières à cause du coût de l'énergie et de la crise. Les gens viennent de moins en moins. Depuis des années, on vivait sans aides communales. Il y a quelques temps, comme ça devenait vraiment difficile, nous avions écrit à la Ville pas demander une aide. La réponse est donc favorable.

 

tennis 1.jpgSi le rachat se concrétise, c'est une excellente nouvelle pour nous. Nous n'aurons plus à entretenir les installations. Ca sera beaucoup moins lourd pour nous qui ne fonctionnons qu'avec des bénévoles ». Et surtout, ça ne sera que tout bénéfice pour les affiliés des deux clubs.

 

 

Aurélie Drion