05/09/2013

Stationnement réglementé à Herstal :« Un centre-ville plus attractif, plus convivial et accessible pour tous »

place jean jaurès.jpgDans le cadre du renouveau du centre-ville de Herstal et de sa nouvelle attractivité, une nouvelle politique de stationnement se devait d’être mise en place à l’instar de toutes les villes et communes désirant réserver à ses habitants et à ses visiteurs un partage durable et raisonné de l’espace public. Après approbation par le Conseil communal de fin septembre, ces mesures devraient être d’application dès le début de l’année prochaine,

« Une vaste politique de renouveau est menée depuis plusieurs années à Herstal, dans le cadre d’une politique globale visant à transformer durablement la ville en s’appuyant sur des études et le recherche systématique de subsides », rappelle d’emblée l’Eurodéputé-Bourgmestre Frédéric DAERDEN.

Mieux partager l’espace en voirie

Le centre de Herstal était jusqu’ici caractérisé par une image anarchique, marquée notamment par une dégradation tant commerciale que de l’habitat. La place Jean Jaurès et ses abords étaient ainsi dédiés, non pas à leur vocation première de place publique, mais à l’automobile qui occupait quasi tout l’espace disponible avec, pourtant,  un manque d’espace de stationnement qui se faisait sentir du fait de l’absence de rotation.

Dans certaines voiries du centre, bon nombre de riverains ne trouvent actuellement pas d’emplacements pour se stationner dans de bonnes conditions, le nombre de voitures ayant fortement augmenté ces dernières années et l’espace public n’étant pas extensible à l’infini. « Il nous apparaît dès lors de bonne gestion dans la poursuite de l’intérêt général de proposer des solutions qui partagent mieux l’espace en voirie en conciliant les besoins des différents usagers du centre de Herstal », exprime l’Eurodéputé-Bourgmestre Frédéric DAERDEN.

Dans cette perspective, la place Jean Jaurès a été totalement réaménagée, conformément à sa vocation d’espace de rassemblement, de rencontre et de flânerie. Un nouveau centre administratif, cofinancé par la Wallonie, va bientôt s’élever au pied de la place, et l’arrière du bâtiment verra bientôt la réalisation d’une promotion immobilière (comprenant esplanade, parking de 250 places, logements, bureaux et commerces).

En outre, en matière de mobilité et de stationnement, à l’instar de ce qui se fait dans d’autre Villes de Wallonie (Andenne, Verviers, Gembloux, Arlon, Tournai, La Louvière etc.), l’idée retenue a été d’offrir un ensemble d’infrastructures qui permet de favoriser les usages souhaités au bon endroit et ainsi augmenter l’attractivité du centre-ville herstalien.

Un partenariat public-privé

Afin de maîtriser au mieux les risques financiers (construction d’un parking) et techniques propres à ce genre d’investissements, la Ville de Herstal a fait le choix de recourir à un partenariat public-privé en choisissant, le 24 novembre 2011 et au terme d’une procédure de mise en concurrence, un partenaire professionnel dont la spécialité est la conception et de la gestion des solutions intégrées de gestion du stationnement en centre-ville, la SA Besix Park.

« Dès lors, et contrairement à l’idée de privatisation de l’espace public que d’aucuns dénoncent, cette concession prend la forme d’une association mixte : une société va être créée entre d’une part Urbeo Invest, la filiale 100% publique d’Urbeo (la Régie communale autonome immobilière de Herstal), et la société Besix Park, poursuit le Bourgmestre. C’est cette société dite “d’économie mixte” (SEM) qui va exploiter le stationnement en voirie et dans les parcs de stationnement du centre-ville. »

Il continue : « Si la participation du partenaire public est minoritaire au sein de la société créée, cela reflète l’importance des investissements dans l’opération. En effet, c’est le partenaire privé qui réalise l’intégralité des investissements : achat du matériel de signalisation, horodateurs, installation dudit matériel, achat du parking souterrain à réaliser sous le pôle Jean Jaurès, aménagement d’autres parcs de stationnement,… »

Une opposition jouant sur la peur du changement, avant même la clôture des négociations

Cependant, certains membres de l’opposition herstalienne ont eu la conviction que le passage au système de parking réglementé au centre-ville ne pouvait être populaire. Une pétition a d’ailleurs été lancée en ce sens, qui a rencontré un certain succès, jouant sur la peur du changement et contestant avant même que la négociation menée avec le partenaire ne soit terminée, que cela soit en matière de zones de stationnement, d’infrastructures ou de tarifs.

Très clairement, la volonté des autorités herstaliennes est d’améliorer la situation existante en encourageant les comportements raisonnables dans l’usage des véhicules et en offrant à chaque type d’utilisateurs des solutions adaptées à leurs besoins tout en poursuivant la redynamisation du centre-ville.

Frédéric DAERDEN : « Ainsi, les riverains doivent-ils disposer d’emplacements dans leur quartier pour une voiture par ménage, sans coûts complémentaires. Les clients des commerces de proximité doivent également pouvoir stationner gratuitement sur une courte période pour effectuer une ou deux courses. Et les visiteurs des habitants, des commerces, des restaurants,… doivent pouvoir stationner dans de nombreuses voiries deux heures sans rien payer. De la même manière, les indépendants locaux, les travailleurs ou les visiteurs réguliers devront trouver demain un emplacement avec une formule au mois ou à l’année à un prix concurrentiel, par exemple dans un endroit sécurisé et confortable. »

Un outil performant de stationnement

La Ville de Herstal, qui a fait le choix d’une politique ambitieuse de rénovation, va se doter d’un outil performant de gestion du stationnement en voirie et au sein de parcs de stationnement. Elle va en outre bénéficier de l’apport d’un conseiller en mobilité, très bientôt opérationnel.

« Présenté au Conseil communal du 26 septembre prochain pour une entrée en vigueur début 2014, ce stationnement repensé en centre-ville se traduira, pour le citoyen qui adopte un comportement  raisonnable, par une offre attractive, suffisante et diversifiée de stationnement adapté à chaque situation », conclut Frédéric DAERDEN.

250 personnes et 4777 signatures pour dire NON au parking payant lors d’un rassemblement devant l’hôtel de ville de Herstal

 

rassemblement parking.jpg

Dans le cadre de sa campagne « J’aime Herstal, Parking Gratuit », La section du PTB de Herstal organisait hier soir un rassemblement devant l’Hôtel de Ville de Herstal. L’occasion pour le PTB de remettre les 4777 signatures récoltées depuis le 9 juillet dernier à Frédéric Daerden pour dire NON au système de parkings payants que tente d’imposer le Bourgmestre PS dans la ville. 250 personnes se sont pressées au rassemblement et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il y eut de l’ambiance…

Il y a avait du monde hier soir sur la place. 250 personnes s’étaient pressées dans le cadre de la campagne lancée le 9 juillet dernier par le PTB. Le but de ce rassemblement était de remettre les 4777 signatures de la pétition initiée par le PTB, et par ce biais, de faire pression sur les autorités communales pour qu’elles reviennent sur leur décision.

À 19h, Nadia Moscufo, conseillère communal PTB à pris la parole devant une foule bien remontée et à tout de suite donné le ton : « Cette campagne à l’air d’avoir rendu notre Bourgmestre un peu nerveux. Il a déclaré ce matin dans la presse que ce thème à fait naître fantasmes, polémique et manipulations de certains mandataires…Monsieur Daerden, les Herstaliens n’ont pas besoin d’être manipulé pour se rendre compte que ce projet de parking payant leur coutera de l’argent et ne règlera pas le problème de stationnement à Herstal »

Maxime Liradelfo, conseiller communal PTB à également pris la parole en tenant d’abord à souligner le nombre important de signatures récoltées : « 4777 signatures, ce n’est pas rien. Ce chiffre démontre que les Herstaliens se sentent concernés par ce qui se passe dans leur ville. Cela démontre également qu’ils ne sont pas d’accord que les autorités prennent des décisions aussi importantes qui toucheront à leur portefeuille sans même leur avoir demandé leur avis »

Il a ensuite rappelé le cadre de leur opposition au projet de la majorité : « Nous ne pouvons pas accepter en tant que parti de gauche que la ville confie notre espace public à la multinationale Besix Park pour y faire du profit sur le dos des citoyens. Et quels profits ! 97% des revenus liés au parking pour Besix et 3% pour la ville…Nous assistons véritablement à la privatisation de notre espace public, et malheureusement, faut-il le rappeler, orchestrée une fois de plus par un parti qui se dit socialiste … »

Pour le PTB, il est hors de question que les Herstaliens qui vivent dans une des villes les plus pauvres de Wallonie mais aussi une des plus taxées, paient la note une fois de plus. Ce parking payant équivaudrait pour le PTB à une taxe supplémentaire.

Et pour contrer les arguments du Bourgmestre Frédéric Daerden qui avance que le parking payant permettra une certaine rotation et stimulera le commerce local, le PTB à également son point de vue sur la question et une solution…Maxime Liradelfo : « Nous constatons que ce n’est pas l’avis des 75 commerçants du centre et environs qui ont soutenu cette pétition…Ils ont en tous cas bien compris que le parking payant fera tout sauf attirer des clients qui préfèreront le complexe du Carrefour et ses parkings gratuits. Si Monsieur Daerden veut « règlementer le parking », il pourrait le faire à l’aide des disques bleus, il n’est pas nécessaire de faire payer les gens pour cela… »

L’arrivée du Bourgmestre s’est fait sous les huées de la foule, il n’a pas souhaité s’exprimer en public et a plutôt opté pour une discussion avec une délégation dans la salle du collège.

A la fin de cette concertation, la délégation s’est adressée aux participants qui avaient attendu à l’extérieur. Maxime Liradelfo : « Le Bourgmestre ne nous a parlé que de ses modalités, il n’a pas souhaité revenir sur le fond du problème et le contrat signé avec Besix Park…pour l’instant…Mais ce n’est pas grave, de notre côté, nous allons continuer cette lutte avec notre pétition, il ne pourra pas continuer à balayer d’un revers de main les revendications de milliers de ces citoyens »

Une question demandant que le Bourgmestre se positionne sur le nombre important de signatures a été posée par le groupe PTB+ au conseil communal. Le Bourgmestre à souhaité rester sur ses positions. De leur côté, les amis du parking gratuit se sont déjà donné rendez-vous au prochain conseil communal du 26 septembre

 

02/09/2013

Rentrée scolaire 2013 à Herstal

Herstal, enseignement, rentrée scolaire, Frédéric Daerden, Pascale Steffens, écoles, instruction publique, Ville de Herstal

C’est un nouveau duo qui pilotera à Herstal la rentrée scolaire au sein de l’enseignement communal. C’est un effet une première pour le Bourgmestre de Herstal, Frédéric Daerden, ayant depuis fin 2012 la compétence de l’enseignement, qui assumera cette responsabilité avec la nouvelle inspectrice de l’enseignement communale, Pascale Steffens, en fonction depuis septembre 2012.

L’enjeu est important car l’enseignement communal herstalien est riche de quelque 1.300 élèves en primaire, 1.000 en maternelle et un peu moins de 300 pour l’enseignement spécialisé, soit plus de 2.500 enfants au total.

Pour contribuer à leur formation, l’enseignement communal peut compter sur près de 120 titulaires nommés et 60 temporaires, une quarantaine de maîtres spéciaux (religion et éducation physique) ainsi qu’une centaine d’auxiliaires d’éducation (les surveillantes extrascolaires) sans oublier le personnel d’entretien.

Un enseignement communal dont la devise est de permettre à chaque enfant de s’épanouir, de prendre confiance en soi et d’acquérir les différents savoirs qui lui donneront les moyens de poursuivre sa route dans la conquête de sa citoyenneté.

Pour réussir dans la voie tracée, les autorités herstaliennes souhaitent ouvrir plus encore les écoles sur le monde qui les entoure en touchant à un maximum de disciplines.

C’est ainsi que sera lancé cette année, à destination de tous les élèves de l’enseignement primaire, un projet d’éveil aux arts, et en l’occurrence à la musique, avec un concert autour du thème du “Carnaval des animaux”, d’après l’œuvre de Camille Saint-Saëns.

Par ailleurs, une collaboration sera nouée avec le réseau de bibliothèques communales afin de promouvoir davantage la lecture, clé de voûte de tout apprentissage. Les élèves du degré supérieur poursuivront quant à eux l’éveil aux différentes cultures et philosophies au travers de visites pertinentes et, en mai, par la tenue d’une “quinzaine de la citoyenneté”.

En outre, en collaboration avec notre service communal des Sports, l’expérience de la “quinzaine sportive” sera reconduite, une façon ludique et enrichissante de permettre aux jeunes de prendre durablement goût à l’activité physique. N’oublions pas l’immersion en néerlandais qui rencontre un réel succès se poursuivra à l’école des Cascogniers à Vottem.

Autant d’activités scolaires et parascolaires qui concernent l’ensemble des écoles mais il est évident que chacune des implantations développera des projets en fonction de ses spécificités propres et permettant ainsi de répondre aux attentes des parents comme des enfants qui les fréquentent.

Parmi ces projets, on peut épingler un des grandes nouveautés de cette rentrée scolaire à savoir le lancement du projet pédagogique baptisé “Liers-en-sciences”, une approche didactique assez unique développée à l’école communale de Liers et basée sur l’expérimentation scientifique. Les apprentissages de base se verront ainsi découverts au travers d’une méthode universelle et incontournable pour posséder les clés de compréhension de notre avenir.

Au-delà, un calendrier de visites de toutes les implantations scolaires, par le Bourgmestre et l’inspectrice de l’enseignement, sera instauré afin d’entendre d’ici à la fin de l’année, les acteurs de l’enseignement dans tous les domaines qui concernent la vie des écoles.

Cette proximité avec le monde de l’enseignement se traduira dès ce lundi matin avec leur présence lors de la rentrée à l’école Emile Muraille et à celles de Liers et du Bellenay.