22/02/2014

Un espace permanent dédié à Charlemagne inauguré au musée communal d'Herstal

charlemagne In.jpgLa Ville d'Herstal a inauguré ce vendredi au sein du musée communal l'espace Charlemagne, un espace permanent qui matérialise un des objectifs qui est l'intégration de la culture comme facteur de redéploiement de la ville mais aussi d'épanouissement humain, a déclaré l'eurodéputé et bourgmestre, Frédéric Daerden, dans son discours.

Le Bourgmestre de Herstal Frédéric Daerden a rappelé l'image industrielle et multiculturelle renvoyée par la Ville "dont on perçoit moins le caractère culturel et historique. Et la commémoration des 1.200 ans de la mort de Charlemagne nous offre une belle opportunité d'atteindre l'objectif de rendre à Herstal son statut de ville historique".Herstal a été durant 15 ans la résidence préférée de Charlemagne.
 
Il y a d'ailleurs signé, en 779, le capitulaire "Haristalense" qui a régi l'organisation quotidienne au sein du Royaume.Cet important document de dix pages, sauvegardé à Saint-Gall (Suisse), est désormais consultable en version digitale et en quatre langues au sein de l'espace permanent.Ce nouvel espace muséal raconte la vie de Charlemagne et ses liens avec la Ville. L'occasion de découvrir également dans une deuxième salle aménagée une maquette de ce qui devait être le palais royal érigé à Herstal.Le musée dispose désormais de deux salles et d'un jardin carolingien qui va s'étoffer au fil des mois. La deuxième phase des travaux est prévue pour septembre. Le personnage de Charlemagne et les traces historiques y seront plus encore développés.
 
Ce projet a nécessité un financement de plus de 100.000 euros.

 

 

20/02/2014

Travaux d'égouttage rue des Mineurs à partir du 24 février 2014

Travaux.jpgLes travaux devront durer 10 jours ouvrables (2 semaines). La circulation de la rue des Mineurs sera bloquée pendant ces travaux.                                 

 
Le parking Lidl sera accessible par le bas de la rue des Mineurs. Les travaux se font à hauteur des N° 10 et 12 de cette même rue.
 
La ligne 7 des TEC sera déviée par le boulevard depuis la place Licourt et inversement.

Accident mortel à la FN de Herstal: Claude Brocha, grand fan de motos, était papa de trois filles!

 

moto.jpg

La FN de Herstal a été touchée, mercredi matin, par un terrible accident. Claude Brocha, l'un de ses plus anciens ouvriers, est décédé, tué par un robot fabriquant les canons des armes. Il venait d'avoir 54 ans. Très apprécié, il laisse derrière lui une compagne, trois filles, des petits-enfants et un monde de la moto anéantis.              

C'est un dramatique accident du travail qui a endeuillé, mercredi, la Fabrique Nationale de Herstal. Vers 4h30 du matin, l'un de ses opérateurs, Claude Brocha, a été tué sur le coup.

Si l'enquête suit toujours son cours, les premiers éléments font froid dans le dos. Travaillant au sein de la canonnerie, l’atelier où les canons des armes sont fabriqués, le bras de l'un des robots s'est soudainement bloqué. Vu l'expérience de Claude, puisqu’il travaillait à la FN depuis 1987, l'un de ses jeunes collègues lui a demandé d'aller débloquer le bras.

Ce que Claude a tenté de faire, après avoir franchi le grillage de sécurité. C'est malheureusement à ce moment-là que la machine s'est soudainement remise en marche. Le bras, qui effectue des mouvements très rapides, a alors frappé Claude de plein fouet au visage, ne lui laissant aucune chance.

Âgé de 54 ans, il venait de les fêter le 8 janvier, Claude est mort sur le coup.

Des questions en suspens

Pourquoi le courant n'a-t-il pas été coupé ? Pourquoi a-t-il franchi les barrières de sécurité ? L'enquête devra le dire. Au sein de la canonnerie, le travail a d'ailleurs été arrêté après l'accident, pour laisser la place aux enquêteurs. Elle ne devrait rouvrir que ce jeudi.

Avertie rapidement, la direction s'est adressée à l'ensemble du personnel et a directement mis en place une cellule psychologique. Celle-ci sera accessible encore durant plusieurs jours, suivant les besoins des collègues de Claude dont certains sont très choqués.

Retrouvez notre reportage complet dans les journaux Sudpresse de ce jeudi et dans nos éditions en numérique  : http://num.sudinfo.be