29/03/2013

Discours de Monsieur Christian Laverdeur, Echevin des Seniors proclamé à l’occasion du 100e Anniversaire de Madame Florence Bal

 

Ville de Herstal, centenaire, Florence Bal, Christian Laverdeur

C’est à l’initiative de Monsieur et Madame Wéry, amis intimes de la famille et en présence de votre cher neveu Monsieur Roger Bal et de son épouse que je suis heureux d’être présent aujourd’hui au Restaurant Chez Dan afin de vous rendre hommage à l’occasion votre 100e anniversaire dans une ambiance que vous avez souhaité intime et familiale.

C'est avec une immense joie et une vive émotion que je viens vous manifester ma sympathie et mon profond respect.

Madame Bal, nous sommes tous émerveillés de vous voir devant nous dans une telle splendeur, une telle lucidité mais aussi dans une parfaite santé. C’est à Zwijndrecht dans la province d’Anvers, le 9 février 1913, que vous voyez le jour, il y a un siècle. Que d'évènements se sont déroulés depuis. En ce temps là, les rues étaient sillonnées par des fiacres. Pas d'eau courante, mais des fontaines publiques où chacun venait s'approvisionner. Vous qui êtes née au temps où les tramways étaient tirés par les chevaux et où l'on n'imaginait même pas que quelques années plus tard apparaîtraient le téléphone, la télévision, la lessiveuse automatique et maintenant l'ordinateur.

Que de changements au cours d'une vie !!! Lorsqu'on regarde en arrière et que l'on songe au chemin que vous avez parcouru, on ne peut qu'éprouver nostalgie mais aussi admiration. Issue d’une famille de 4 enfants, votre père était militaire de carrière et vous avez reçu une éducation très stricte. Anversoise d’origine, vous vivez cependant dans la région liégeoise depuis près de 80 ans.

C’est à Tongres que vous rencontrerez votre cher époux Hendrik avec qui vous unirez votre destinée, le 7 avril 1934. Jeune couple, vous vous installerez au n° 28 de l’avenue de l’Observatoire à Liège. Maître tailleur reconnu, votre époux est très apprécié dans sa profession et vous l’épaulerez durant toute sa vie. Vous avez fait de nombreux voyages et visités, entre autre la Grèce, l’Espagne et l’Autriche. Grande adepte des jeux de société et surtout des jeux de cartes, inscrite à l’Académie de Billard de Liège, vous étiez une redoutable joueuse de canasta, jeu très répandu aux Etats-Unis d’origine sud-américaine, canasta signifiant « corbeille » en espagnol.

Actuellement, vous continuez à assouvir votre passion pour le jeu et cultivez votre esprit en suivant tous les jeux télévisés tels que Slam, Questions pour un champion, et bien d’autres encore. Ainsi, vos connaissances étendues et votre vivacité intellectuelle ferait de vous une terrible concurrente. Personne sociable et affable, vous êtes très appréciée parmi les pensionnaires et le personnel du Sartage.

Vous recevez régulièrement la visite de vos amis, Monsieur et Madame Wéry et de votre cher neveu Roger qui vous entoure de toute leur tendresse.

FELICITATIONS DES SOUVERAINS 

Femme de caractère, dévouée et honnête et pensant plus aux autres qu'à vous-même, vous avez toujours su partager votre gaieté. Vous êtes, sans nul doute, un exemple payant de ce que l'on faisait de mieux dans les siècles passés. Vous êtes enfin digne de tout notre respect car vous témoignez d'une façon bien vivante de l'évolution rapide de notre société à travers le 20ème et le début du 21ème siècle que vous connaissez. Mais trêve de nostalgie, permettez-moi, Madame Bal, de vous féliciter à nouveau et vous souhaiter de vivre encore de longues années de bonheur.

Permettez-moi également de vous offrir ce modeste cadeau afin de vous manifester notre admiration, toute notre sympathie et notre immense fierté de vous compter parmi nos concitoyens.

VIVE MADAME BAL,  VIVE NOTRE CENTENAIRE !